laissez-nous un message :

Les différentes phases du sommeil

Publié le : 03/01/2019 18:07:06
Catégories : Comment bien dormir

Les cycle du sommeil       

    

Les différentes phases du sommeil

    

     

Le sommeil a un mécanisme complexe. Il joue sur notre état, et mal dormir nous met souvent de mauvaise humeur. Or, bien comprendre ses articulations permettrait de relativiser et de comprendre où se cachent les dysfonctionnements et ainsi ce qu'il convient de changer ou d'adapter pour mieux dormir.

     

      

Différentes phases par cycles

     

Chaque nuit, entre 4 et 6 cycles de sommeil de 90 minutes chacun se succèdent. Ainsi, au bout d'une heure et demi, un moment de semi-éveil advient et sépare un cycle du suivant. Ces derniers sont chacun composés de quatre phases distinctes les unes des autres.

      

       

L’endormissement

     

L'endormissement est l'aboutissement de la détente du corps. Il est conditionné par la lumière qui influe sur la sécrétion de mélatonine, hormone permettant de s'assoupir. Les muscles se décontractent, l'esprit s'apaise, la respiration et le rythme cardiaque ralentissent. On peut le caractériser comme la transition entre l'éveil et le sommeil, et il est primordial qu'il s'effectue dans les meilleures conditions possibles pour garantir la qualité du sommeil à venir.

     

        

Le sommeil lent léger

       

Cette phase correspond à un sommeil léger qu'un rien pourrait venir troubler. En effet, à ce stade, une lumière vive ou des bruits soudains peuvent facilement nous réveiller. Notre sensibilité à l'environnement extérieur est donc élevée mais le corps continue malgré tout à se détendre. C'est le début de la récupération. Ce type de sommeil représente à peu près la moitié de ce dont sont constituées nos nuits. Le fait que le sommeil s'allège avec l'âge est lié à l'augmentation de la part prise par cette phase lors du vieillissement.

    

        

Le sommeil lent profond

     

Lors de cette phase, nous, dormeurs, sommes beaucoup plus difficiles à tirer des bras de Morphée. L'activité musculaire a presque cessé, la pression artérielle est stable, la température corporelle baisse nettement, le rythme cardiaque et la respiration fonctionnent au ralenti. Nous sommes totalement coupés du monde et parfois, nous rêvons. C'est lors de cette période que la récupération physique est la plus importante. Elle joue également un rôle important dans la sécrétion de certaines hormones - telle que l'hormone de croissance chez l'enfant - ou encore dans le renforcement des défenses immunitaires et dans la qualité de la mémorisation. Cette phase dure plus longtemps lors des cycles du début de nuit.

     

       

Le sommeil paradoxal

       

C'est lorsque nous sommes en plein sommeil paradoxal, soit à la fin d'un cycle, que nous sommes les plus enclins à rêver et surtout à rêver de choses dont nous allons nous rappeler au réveil. Le nom vient du paradoxe à noter entre un corps au repos complet, au tonus musculaire nul et un cerveau au niveau d'activité presque supérieur à celui qu'il présente lorsque nous sommes éveillés. Cela entraîne des mouvements incontrôlés, des frémissements au niveau du visage et des yeux sous les paupières, une activité cardiaque augmentée et une respiration plus forte. Il y a donc également un paradoxe entre les signes d'éveil manifestés suivis immédiatement de signes d'un sommeil profond.
Contrairement au sommeil lent profond, la durée du sommeil paradoxal revêt de plus en plus d'importance alors que la nuit avance. C'est lui qui assure la majorité du processus de mémorisation des éléments appris dans la journée, et le maintien d'un mental sain et équilibré grâce à son action sur le système nerveux.

   

      

La transition entre deux cycles

       

Après, soit s'ensuit une période d'éveil dont nous sommes à peine conscients et qui aboutit immédiatement au commencement d'un nouveau cycle, soit nous nous réveillons entièrement et le réendormissement est alors difficile.

      

     

Partager ce contenu